Semaine de la musique : les origines vikings du rap

Général
14.05.2021

On croit souvent que le rap est né à New York dans les années 70, mais cette forme d'expression rythmique ou poétique souvent perçue comme arrogante ou vindicative puise ses origines en Afrique, en Asie, en Europe, et peut même remonter jusqu'à la Grèce antique. Malheureusement, sans la possibilité de questionner Théocrite et ses contemporains, basons-nous sur les preuves historiques, qui portent à croire que le flyting, apparu dans les littératures nordique, celtique et anglo-saxonne, est l'ancêtre le plus direct du rap moderne.

Dérivé du mot signifiant « querelle » en vieil anglais, le flyting est décrit comme un « échange d'insultes rituel et poétique », une sorte de joute verbale accusatrice souvent engagée en amont d'un combat sanglant.

Chez les Anglo-Saxons, le flīting avait souvent lieu lors de festins. Le vainqueur de chaque duel était élu en fonction des réactions de l'assemblée, après quoi les deux concurrents savouraient ensemble de l'hydromel. Au cours des siècles derniers, le flyting était considéré comme une forme de divertissement grand public. Dans l'Écosse du XVe siècle, par exemple, alors que les propos injurieux tenus en public étaient régulièrement punis de lourdes amendes et de flagellation, les échanges verbaux provocateurs étaient pratiquement encouragés, notamment sous le roi Jacques IV et son successeur.

Le « court flyting » (flyting à la cour) est encore pratiqué aujourd'hui. De nombreux membres du parlement islandais, l'Alþingi, « éprouvent une grande fierté à composer des rímurs (un genre de poème inspiré des Eddas nordiques du XIVe siècle), qu'ils utilisent pour ridiculiser les parties adverses de manière amicale. »

Selon une règle tacite des affrontements de rímur, les duellistes doivent donner la réplique ou concéder la victoire, se couvrant alors de ridicule. Ces éléments suggèrent que les premiers combattants de rap vikings (tels qu'on peut les voir dans d'autres expériences interactives sur le sujet) et les griots d'Afrique de l'Ouest au sens du rythme inégalable ont influencé la culture américaine moderne bien davantage que ce que l'on pourrait croire.